Dans Paris, pourtant, il y a Javel

Paris, je t'aime, mais parfois, tu pues. Littéralement. Les crottes de chien, l'odeur de pisse, les ordures, les chewing-gums collés au macadam...

Paris, maintenant que j'ai quitté tes beaux quartiers du 17ème pour vivre dans le 19ème, que je ne prends plus le métro sous les immeubles haussmanniens mais dans un quartier populaire, je vois tes dessous de plus près. Deux petits chiffres, un quart de tour dans Paris. Je connaissais déjà tes clodos qui dorment sur les quais, maintenant je découvre les familles qui y campent.

Je ne pensais pas qu'Etoile et Nation seraient aussi bien nommées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.maicalya.fr/?trackback/953

Fil des commentaires de ce billet