Horloge biologique

Vous connaissez tous la fameuse expression de l'horloge biologique, celle qui dit aux femmes qu'elles vieillissent et qu'il serait temps de s'y mettre maintenant, aux enfants, hein.

Je ne suis pas insensibles aux douces susurrations de mon corps. Oui mais... est-ce bien mon corps qui me parle? Ou est-ce que c'est le résultat d'un conditionnement qui remonte à ma plus tendre enfance?

"Il était une fois... une princesse - un cheval blanc - une méchante sorcière - des nains - une maison en pain d'épice - un loup - un roi - un âne - une marraine - des fées - des citrouilles - des oies - un balais - un chat - un château - une grenouille ... et ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants et vécurent heureux à jamais."

Voir la naissance de mes cousins, la naissance de mes neveux, c'est comme pour les chats: c'est mignon et on veut en ramener un chez soi.

Et franchement... ne sommes-nous pas tous convaincus qu'il y a quelque chose de malsain dans une femme qui dit qu'elle ne veut pas avoir d'enfants? Quelles sont les réactions? Elle ne sait pas ce qu'elle rate? Il lui manque une case? Elle changera d'avis quand elle aura rencontré la bonne personne? Jamais on prendra comme rôle-modèle positif une femme qui admet ne pas vouloir d'enfants et vivre très bien comme ça. Dans notre société, une femme s’épanouit par son couple, par sa famille, par ses enfants. Sinon, elle aura sacrifié quelque chose -mon dieu! Aurait-elle osé sacrifier sa famille pour avoir une carrière? Aura-t-elle mis son boulot (et donc, sa motivation/ses revenus/son épanouissement professionnel) devant le fait de fonder une famille? Scandale!

(Je n'ai pas besoin de rappeler, je pense, que le même comportement d'un homme est vu comme normal, les féministes sont passées avant moi. A leur décharge, les hommes, on leur demande encore d'aller chasser le mammouth pour remplir la marmite le soir, donc bon, voilà. L'homme au foyer vit forcément aux crochets de sa femme, y'a un truc louche là-dedans encore une fois.)

Je digresse, je digresse. Mais le processus est enclenché. Les questions sont là.

Est-ce que je veux des enfants, ou est-ce que je suis conditionnée à en vouloir?

Des enfants, pourquoi? Certes, c'est une source d'amour et de bonheur intense (et de stress, douleurs, accidents, soucis, cheveux blancs, dépenses, rongements d'ongles, etc), mais comme me le faisait remarquer un bon ami: cet amour et ce bonheur, n'est-ce pas égoïste? Parce que JE serais heureuse et pleine de l'amour naturel (ahem, encore un conditionnement de la société) de la mère envers son enfant, est-ce pour autant je fais une fleur à mon enfant potentiel en le mettant au monde?

(Parce que soyons réaliste, avec le monde d'aujourd'hui...)

Voir grandir son enfant, le voir faire des choix, le soutenir sans l'entraver, se réjouir de ses succès... ou est-ce que c'est une manière de recommencer sa vie, de se projeter sur l'autre, de façonner pour lui les choix qu'on aurait fait, l'éducation qu'on aurait aimée avoir, les succès qu'on aurait aimé réalisés?

N'est-ce pas, finalement, une forme de vie par procuration (je n'ai pas pu résisté à la placer, celle-là), une forme de catharsis...?

Tic-tac...

Commentaires

1. Le vendredi, juin 10 2011, 08:41 par Pulsahr

Je me suis beaucoup posé la question dernièrement, mais pas pour les mêmes raisons (j'ai pas de tic tac, pas le même disons).

J'en suis arrivé à la conclusion suivante. Si tu as envie, mais une envie de donner, pas de recevoir, alors ton envie est saine, point final.

Si avoir un enfant c'est pour : être heureuse, lui donner ce que tu n'as pas eu, lui donner les chances que tu n'as pas eues, lui faire une vie meilleure que la tienne... alors oublie.
Ce sont des projections, comme tu le mentionne à la fin.

Je ne connais pas les motivations saines à avoir... mais pour ma part, je veux un enfant pour lui donner les moyens de construire la vie qu'il aura choisie, et qu'il ait des souvenirs dont il se souviendra avec le sourire. Ce sont les motivations majeures.

Bein sûr il y a des tas de gens qui font un enfant pour faire comme les autres, pour jouer à la poupée, pour ne pas être seul, etc...
Tant d'enfants qui partent avec un handicap dans la vie :/

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.maicalya.fr/?trackback/911

Fil des commentaires de ce billet