Mon amour

Je t'ai rencontré sur un quai de Seine. C'était un soir d'été.
En quelques minutes, j'ai été charmée.

Peu après, tu m'as entraînée à ta découverte. Du Luxembourg à Montparnasse, du Châtelet à l'Opéra, tu m'as ensuite fait marcher de la Gare de l'Est à Pigalle, de Barbès à Montmartre. Et tous ces quartiers, tous ces lieux étaient "chez toi".

Tu m'as prise par la main et tu m'as fait des promesses insensées, devant les immeubles haussmaniens, dans les musées sans fin, au fond des cimetières romantiques, derrière les grilles ouvragées des jardins.

Tu m'as invitée, encore et encore, à te rendre visite à la nuit tombée.

Oh, j'ai bien essayé de te résister! Je t'ai fait des infidélités. Je suis partie à l'étranger, j'ai vécu dans des villes éloignées. Mais toujours, toujours, tu me rappelais.

A quoi bon lutter, quand au fond, je n'ai pas envie de te refuser? A quoi bon me faire des illusions, quand depuis si longtemps, c'est toi qui me fait vibrer?

Je te suis revenue, vois-tu. J'ai cédé à tes invitations sans cesse renouvelées. Tous les soirs, je vais à ta rencontre, et tous les soirs, je retombe victime de tes séductions.

Paris, je t'aime.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.maicalya.fr/?trackback/879

Fil des commentaires de ce billet