mercredi, juin 25 2014

Plus d'un an

Ah ouais quand même plus d'un an que je n'ai pas posté ici. Hum. Et combien de billets en brouillon qui attendent que je les finisse...?!

mercredi, mai 22 2013

SHE WALKS IN BEAUTY

SHE WALKS IN BEAUTY.

I.

She walks in Beauty, like the night
Of cloudless climes and starry skies;
And all that's best of dark and bright
Meet in her aspect and her eyes:
Thus mellowed to that tender light
Which Heaven to gaudy day denies.

II.

One shade the more, one ray the less,
Had half impaired the nameless grace
Which waves in every raven tress,
Or softly lightens o'er her face;
Where thoughts serenely sweet express,
How pure, how dear their dwelling-place.

III.

And on that cheek, and o'er that brow,
So soft, so calm, yet eloquent,
The smiles that win, the tints that glow,
But tell of days in goodness spent,
A mind at peace with all below,
A heart whose love is innocent!

-Lord Byron, June 12, 1814

dimanche, mai 12 2013

Mon chili "maison"

Je me suis rendue compte que la version "maison" de mon chili était discutable:
- oignons émincés surgelés
- viande hachée surgelée
- haricots rouges en boîte
- tomates pelées en boîte
- maïs en boîte
- poivrons frais! Bon, on en trouve aussi surgelés
- épices à chili

Bon, le côté maison, c'est les proportions et la cuisson, c'est ça...?

lundi, mai 6 2013

Sur ma table de chevet...

...il y a :
- une boîte de mouchoirs
- une boîte de thé à l'amande Kushmi Tea
- un alcootest
- un bouquin à lire, Les Chemins de la bête, de Andrea H. Japp
- une clef à molette
- une liseuse
- de l'huile de massage citron vert - vanille
- mon portable
- un bol fait main par P.
- un BlackBerry
- du lubrifiant
- de la monnaie roumaine et thaïlandaise
- une mono-boule de Geisha
- un plaquette entamée d'anti-istaminique
- une lampe de chevet
- de la poussière.

jeudi, avril 18 2013

99°... and rising

99° -partir, tout plaquer, au gré des vents et des routiers, errer, ne pas s'inquiéter… Dormir, rire, se souvenir, se créer, se trouver, s’aventurer.

99° -rencontrer... peur, peur qui tenaille, liens, obligations, distances, présences, communications.

99°, and rising -envie, curiosité, découvrir, marcher, avancer, se poser, jamais immobile.

Un train, un continent à traverser, le sifflet de la locomotive, des prairies à perte de vue, des milliers de kilomètres qui défilent... Canada, 2001.

...rising...

Voiture, bord de route, larmes: où suis-je, où vais-je ? Je tombe, un coup de fil : je suis rattrapée. Filet de sécurité. Angers, 2002.

...rising...

Voiture, bord de route, bord de Loire, fascination. Loire, Maine, Mayenne, bac et île, lac et tapisserie. Région angevine, 2004.

...rising...

Jour, nuit, voiture laissée à la va-vite, train, Rammstein, retour, printemps, été, douceur, bonheur. Arpenter les villes en métal et cuir. Allemagne, 2005.

...rising...

Aventures, découvertes, sexe, passion, obsession, douleur, jalousie, dépression. Entre Paris, Charleville, Freiburg, et Bruxelles, 2007.

...rising...

Explorations. Stockholm, soleil couchant. Le crépuscule et ses doigts d'or teintent la ville de couleurs automnales. Edimbourg, aux hortensias cachés derrière les roses de pierre, aux bancs marqués du noms de ceux qui les ont donné. Florence, aux marbres taillés de la Renaissance. Amsterdam, de canal en canal. Les rues étroites, vides, vertes et pavées, les ponts qui enjambent, les maisons qui se serrent, les vélos qui passent en silence comme autant de présences. Vienne, et ses contes d'hiver, ses marchés de Noël, ses sapins et sa neige. 2009 à 2011.

...rising...

Partir-partir-partir-s'en aller, tout laisser, s'échapper, respirer, ne pas se retourner - fuir, fuir, se remettre à vivre. Train à volonté, langues inconnues, aventures, villes magiques et sordides, musées, culture et tourisme. Ecrire, se poser, sourire. Lire, marcher, découvrir. Joie de vivre. Entre Sofia et Copenhague, 2012.

...rising...

Choc -un taxi rose vif, des sourires constants, assise à cru sur un éléphant, fruits et temples, dorures et laques. Thaïlande, 2013.

...rising...

A venir: Cologne, et peut-être la Suisse. Rêves de Turquie et d'Egypte, de Maghreb et de Jordanie.

...99°, and rising : Canada, 98-99, là où tout a commencé.

jeudi, mars 14 2013

Patience, patience

Bon, les Liebster Awards, c'est en cours, si si je vais y répondre. Je suis juste bloquée à l'étape "mettre sur mon site la photo avec le fond en transparent parce que le carré blanc c'est moche", alors que mon blog me refuse de mettre des photos et que mon ftp ben j'ai pas les codes sous la main. Oui je sais c'est de l'excuse bidon. D'ailleurs je viens de trouver une solution.

Sinon ma vie en ce moment: je reviens de Thaïlande! Récits, premières photos, toussa, sur mon blog de voyage. Je commence à recaler niveau horaires, c'est-à-dire que j'arrête de me coucher à 18h pour me lever à 4h du matin, il ne reste plus que le bordel de défaisage de sac de ma chambre à ranger (cuisine: check, entrée: check, machine à laver: check). J'ai récupéré les photos d'Aristobullette. Bon, ça avance, ça avance, tout ça!

lundi, février 4 2013

Curry ou Teryaki

Y'a des questions existentielles dans la vie (n'est-ce pas), et celle d'aujourd'hui est de faire revenir mon prochain essai culinaire dans une sauce au curry ou dans une sauce teryaki...

mardi, janvier 15 2013

Down memory lane

The hour is late -or early-, which is why I find myself treading memory lane. The direct path to past memories, all too often melancholic.

First stop, a friendship slipping away, and the feeling of being powerless to grab it back. Reaching, reaching, and feeling as if I'm not grasping anything. I hope time will bridge that rift.

Second stop. Old music, old times, old friends. Am I wearing rosy blinkers, was that time better than my present? Was I happier, more carefree, or more sure of where I was heading? Or were my fears, and my expectations, just different?

Third stop. Past love, past lovers, well... there at least time has done its work. I can wear a satisfied face.

So, looking down at memory lane, looking for an anchor for my present, and not really finding anything. I need to have my life take an unsuspecting turn.

...et sinon, j'écoute une chanson de l'album "Royaume mélancolique" et je m'étonne d'avoir des pensées noires. M'apprendra.

vendredi, janvier 11 2013

Pain italien

La boulangerie au pied de chez moi (enfin pas celle au pied de chez moi un peu à gauche, mais l'autre, au pied de chez moi un peu à droite) fait un pain italien. J'ai été curieuse: quelle était la différence? J'ai donc essayé. Et je suis fan.

Le pain italien, c'est un pain au goût de pizza: il a une texture différente (un croûte très croustillante, une mie légère), et il a un goût d'origan. Et ben c'est chouette.

jeudi, juin 14 2012

Le mot du jour

Welkin.

Où est-ce que je suis tombée sur ce mot? Ah oui, à coté d'un autre mot dont je cherchais le sens. Welkin, c'est la voûte céleste, les cieux. Je ne l'aurais jamais trouvé seule...

mardi, juin 12 2012

Garçon manqué

Je crois bien que je suis un garçon manqué. Un homme, non, parce que je suis trop bien dans mon corps de femme, mais j'aime trop jouer au chevalier...

Peut-être que si j'avais été un homme, j'aurais préféré jouer à être la princesse. Probablement, d'ailleurs.

jeudi, mai 31 2012

(Més)aventures au pays des moules-frites

Contrairement à ce que le titre de ce blog pourrait laisser penser, cette histoire ne contient pas de moules-frites. Tout au plus les frites du Quick, donc ça ne compte pas vraiment. Mais je digresse.

Jeudi dernier, je pris donc mon armure de preux chevalier, ma fougueuse monture blanche (une Renault Mégane presque neuve!), et m'élançai sur les routes du nord (1h15 pour sortir de Paris, je vous dis pas la galère) pour soutenir la cause de X.: mon compagnon d'armes avait besoin de mon bras valeureux et de mon épée aiguisée en appuis à sa quête. En effet, la douce L. lui était promise en mariage, et les noces devaient être célébrées le lendemain même. Devant une perspective autant désirable qu'effrayante, ma présence n'était pas de trop.

Les ennemis du couple s'étant bien abstenus de faire ombre au couple, la famille n'ayant pas changé d'avis, la cérémonie se déroula sans anicroche. Témoin de l'échange de leur voeux, je paraphai de ma plume d'oie le parchemin officialisant leur mariage.

Après cela, les festivités commencèrent, et nous festoyâmes jusque tard dans la nuit.

Après cela, je me retirai dans un château voisin chez mon hôtesse, la belle et douce A., que je courtise en vain depuis des mois dans l'espoir de l'arracher à mon rival, W., à qui elle accorde ses faveurs. Encore une fois, mes tentatives s'avérèrent vaines, malgré l'affection indéniable qui nous unit.

Le lendemain, pour accommoder mon hôtesse, nous allâmes avec ma monture au marché pour lui permettre d'acquérir un surplus de provisions ; hélas, nous laissâmes ma douce monture sans surveillance, et à notre retour, nous la retrouvâmes victime d'une attaque (et entourée de verre brisé). Après une visite à la maréchaussée suivie de quelques soins pour ma monture, nous rentrâmes, et reprîmes le programme interrompu de notre journée.

Le soir, W. nous rejoignit et je pus voir à quel point ma poursuite des faveurs d'A. était vouée à l'échec. Mais je ne m'avoue pas vaincue !

Après une nuit douce dans la chaleur qui baignait la ville, nous partîmes tous les trois de nouveau sur les routes du nord en quête de la mer. Notre quête étant partagée par les deux tiers du pays, nous choisîmes des routes moins connues et nous décidâmes de passer la frontière du nord, pénétrant dans cet étrange pays réputé pour être situé sous le niveau de la mer...

Croisant des montures de toutes origines (anglaises, luxembourgeoises, allemandes, néerlandaises, françaises et belges, avec une ou deux roumaines dans le tas), nous arrivâmes enfin à notre but. Nous nous installâmes le temps de convaincre notre mélanine de se réveiller, nous livrant à des bains d'eau salée salutaires pour la santé, avant de prendre le chemin du retour.

Après une dernière nuit loin des bras de ma douce A., ma monture et moi rentrâmes, le coeur triste, dans notre morne pays.

mardi, avril 17 2012

Le mot du jour

Vous connaissez peut-être to swing (se balancer), mais connaissiez-vous to swinge ? Y'a des chances que non, puisque le dictionnaire m'indique que c'est un mot archaïque. Ca n'a absolument rien à voir, et ça veut dire battre, rouer de coup.

Et c'est bien sûr dans un article économique que je l'ai trouvé, ce qui vous fera deviner qu'il n'était pas utilisé dans son sens littéral.

jeudi, avril 12 2012

Wanderlust

Besoin de vacances, besoin de coupure, besoin de dépaysement, un peu les années qui s'accumulent, et surtout, une grosse crise de wanderlust: c'est décidé, cet été, je pars me changer les idées.

Un billet de train, 6 ou 7 pays, autant de capitales, encore plus d'étapes: l'Europe, de Sofia à Copenhague.

Et pour raconter tout ça, mon futur récit de vagabonde, et en attendant, le suivi de mes préparatifs.

lundi, février 27 2012

Un peu de musique

Bon, ça faisait une petite éternité que je ne m'étais pas acheté de nouveaux CD, donc j'ai décidé de compléter ma collection. Et pour ne pas faire les choses à demi, j'ai fait une grosse commande.

Tout d'abord, mon dernier coup de coeur en date: Adèle. Depuis que j'ai découvert Rolling in the deep, je suis accro. (Et j'avoue qu'une des choses qui m'a fascinée dès le début a été la chorégraphie de la danseuse dans le clip vidéo, je recommande.) J'ai donc acheté "21".

Ca faisait longtemps que je voulais m'acheter leur CD: "Stop Talking", de Soldout, un groupe belge. Un album que j'écoutais en boucle lors de l'une de mes escapades en Allemagne, il est maintenant lié à de très bons souvenirs. Si je devais recommander une chanson, ce serait la première, I don't want to have sex with you, juste pour ses paroles.

Dans la même volée, "Machine are Us", de Icon of Coil: un groupe de futurepop, m'indique Wikipedia (parce que je ne sais pas définir les genres musicaux, c'est bien de piquer les définitions des autres). Une découverte de Poupy, quand j'habitais avec lui à Bruxelles. Ca faisait aussi un moment que je voulais m'acheter l'album. Je recommanderais de découvrir l'album avec la chanson Shelter.

Ce que je (re)découvre depuis peu: Scorpions, dont j'ai acheté il y a quelques jours "Unbreakable", (écoutez Maybe I Maybe You) et là un petit best of: "Bad for Good: Very Best of". Il y a des chances que d'autres albums se retrouvent prochainement dans ma collection.

Parce que ma culture a des lacunes et que finalement, j'aime raisonnablement beaucoup de ses chansons, je me suis précommandé les "Complete Studio Albums" de Madonna. On verra bien si je fais de nouvelles découvertes!

Et pour finir, il était temps que je me commande la dernière compilation de Rammstein, "Made In Germany 1995 - 2011", et je verrai bien si les chansons remixées valent le coup -ou non.

Bon, et puis il me reste à ressortir mon lecteur MP3, et à me casser la tête à encoder tous ces CD, pour pouvoir les écouter en dehors de mon ordinateur...

mercredi, janvier 25 2012

Coming home

...and coming home was as simple of having your arms around me.

vendredi, décembre 9 2011

Je suis pour le progrès

All progress is based upon a universal innate desire on the part of every organism to live beyond its income.

Samuel Butler, Notebooks, 1912
English composer, novelist, & satiric author (1835 - 1902)

lundi, décembre 5 2011

Le mot du jour

J'ai découvert un mot anglais que j'adore:

En British English, "to table" veut dire "présenter, soumettre au débat". Et en American English, ça veut dire "ajourner"...

vendredi, octobre 7 2011

La Guerre de Troie dans l'espace

Vous ne la connaissiez pas? Moi non plus.

D'un côté, le camp grec, créé autour d'Achille : Nestor, Agamemnon, Odyssée (pour Ulysse). De l'autre, le camp troyen : Priam, Enée, Anchise. En tout, 2337 héros face à face.

Petit twist, Hector, fils de Priam, se tient aux côtés d'Achille, à la place de Patrocle, qui est lui est dans le camp troyen, appelé parfois groupe de Patrocle en son honneur.

Vous ne devinez toujours pas?

Il s'agit de deux groupes d'astéroïdes qui gravitent autour de Jupiter.

lundi, octobre 3 2011

Pisciiiiiiiiiiiiiine!

Avec une coloc' nous avons essayé, depuis deux semaines, d'aller à la piscine. Pour cela, choix de l'horaire: le vendredi de 17h30 à 19h (la piscine fermant tôt). Bon, c'était sans compter le temps pour retrouver le maillot de bain (fail la première semaine) et le temps de trouver la piscine (fail la deuxième semaine).

Nous avons fini par aller voir quelles étaient les autres piscine dans le coin, avec comme résultat de découvrir que celle de la commune voisine est non seulement plus proche, mais plus grande, avec de meilleurs horaires.

Ça s'est traduit par une virée le samedi matin qui nous a fait nager dans un bassin de 50m en plein air sous le soleil. Moi je dis, win.

Du coup j'en suis tombée amoureuse, j'ai acheté un abonnement trimestriel, et je vais sûrement y passer trop de temps ^^

- page 1 de 30